Actualité

3 principes sur l’agilité et l’autonomie au travail

3 principes sur l’agilité et l’autonomie au travail

De nombreuses entreprises préconisent des méthodes de travail autonome mais parfois, les conditions pour que ce fonctionnement ait du succès ne sont que rarement réunies. Un bon fonctionnement nécessite les trois conditions-cadres du modèle TEC, un modèle de culture d’entreprise agile :

• Transparence
• Responsabilisation
• Collaboration

Premièrement, la transparence est indispensable pour que les différentes équipes soient capables de s’autogérer : les groupes de travail doivent disposer de toutes les informations et de toutes les données liées à leurs projets. Deuxièmement, il faut que les équipes disposent d’une certaine autonomie (Responsabilisation), c’est-à-dire qu’elles aient la permission de prendre des décisions et de s’adapter lorsque cela est nécessaire. Troisièmement, une collaboration flexible de différentes équipes permet de mieux atteindre les objectifs ou de mener à bout les projets entrepris. Le travail en réseau donne aussi souvent de meilleurs résultats. Enfin, pour une autogestion efficace, une auto-amélioration de chaque collaborateur est indispensable : celle-ci se développe le mieux lorsqu’il y a un apprentissage mutuel au sein d’une équipe. Vous trouverez ci-dessous des explications plus détaillées sur la transparence, la responsabilisation et la collaboration.

Transparence

Afin d’assurer le déroulement d’un projet en toute autonomie, une équipe doit s’assurer de disposer de toutes les informations liées au projet : contexte, objectifs, mandataires, etc. Il faut également qu’elle dispose de connaissances spécialisées sur le projet et qu’elle puisse analyser les clients ou le marché afin de prendre des décisions informées. L’accès aux données du mandataire en fait également partie : le comportement des clients, les indicateurs de qualité, les tendances du marché et les feedbacks des clients permettent tous à l’équipe d’évaluer ses décisions et de résoudre les erreurs de manière indépendante.

Responsabilisation

Pour qu’une équipe soit pleinement autonome, elle doit être capable de prendre des décisions adaptées à une situation, d’organiser elle-même son fonctionnement de travail et de modifier ses méthodes, ses priorités et ses objectifs. Une gestion de projet réussie est basée sur une adaptation optimale des circonstances changeantes comme les conditions du marché ou les préférences des clients et sur une liberté dans l’essai de nouvelles stratégies.

Collaboration

Le succès d’une entreprise dépend également de la façon dont les équipes se coordonnent entre elles. On estime les bons collaborateurs à la qualité de leur travail mais tous leurs autres talents et capacités restent souvent inexploités. À l’inverse, certaines tâches passent à la trappe car personne ne se sent responsable de leur accomplissement et des idées intéressantes ne sont jamais partagées car elles ne touchent pas directement le projet. La méthodologie agile ne se concentre pas sur le poste de chaque collaborateur mais sur les contributions que chacun peut apporter afin d’ajouter une valeur ajoutée au projet. Grâce à cette méthode, il devient plus facile de mettre en place une collaboration au sein des différents réseaux et de favoriser l’apprentissage mutuel.

Il est toujours possible de faire évoluer les choses afin d’obtenir une culture d’entreprise agile. Pour s’en rapprocher, il faut réfléchir à ce que chacun peut faire, par exemple :

• Rendre son travail plus visible et obtenir plus de retours,
• Donner plus de responsabilité aux autres, déléguer certaines décisions et laisser plus d’indépendance,
• Élargir son réseau et discuter activement de ses expériences et de ses erreurs

Source :

The culture code of organisational agility


https://t2informatik.de/en/blog/processes-methods/the-culture-code-of-organisational-agility/